FT-GH3

Excursion FT-GH3

Titre : La structure d’impact météoritique et la zone sismique de Charlevoix

Responsables et affiliations : Léopold Nadeau (Commission géologique du Canada (retraité)), Gordon Osinski (University of Western Ontario)

Contact : leopold.nadeau@gmail.com

Description : Située à moins de 125 km à l’est de la Ville de Québec, la structure d’impact de Charlevoix est parmi les plus grandes, ~54 km de diamètre, et la plus facile d’accès des structures d’impact de l’Est de l’Amérique du Nord. Cette structure, sise au cœur de la zone sismique de Charlevoix, recoupe des failles de rift de l’océan Iapétus et la Faille de Logan bordant l’orogénèse appalachien. La zone sismique de Charlevoix englobe la région où le risque de tremblement de terre continentaux est le plus élevé de l’Est du Canada.

La structure d’impact météoritique confère à la région de Charlevoix ses traits topographiques distinctifs. Le sillon périphérique forme une vallée circulaire évasée, ~40 km de diamètre, culminant à 250 m d’altitude. Ce seuil est sis à ~850 mètres sous l’élévation moyenne du plateau laurentien avoisinant (~1100 m d’altitude), et à moins de ~550 mètres d’élévation du sommet du Mont-des-Éboulements, point culminant du soulèvement central à une altitude de 780 m. La morphologie de la structure d’impact de Charlevoix est conforme à celle des cratères de type complexe. Les cônes de percussion, les injections de mylolisthénite et les structures microcristallines planaires de choc des cristaux de quartz et de feldspath sont abondants, fournissant des évidences claires de l’étendue du métamorphisme de choc. L’âge de l’impact demeure mal contraint. Une datation pionnière K-Ar le situait au Dévonien. Cependant, des données isotopiques Ar/Ar plus récentes obtenues de roches de fusion et de pseudotachylites placent l’impact à l’Ordovicien tardif, ce qui semble mieux s’accorder aux relations structurales de terrain.

Les données historiques et le taux d’activité sismique actuel attestent du risque élevé de séismes de la zone sismique de Charlevoix. Depuis le début du 17ième siècle, la région a été le siège de cinq tremblements de terre de magnitude 6 ou plus : en 1663 (M~7), en 1791 (M ~6), en 1860 (M ~6), en1870 (M ~6 ½), et en 1925 (magnitude MS 6.2 ± 0.3). Selon une révision récente, l’événement de 1663 aurait pu atteindre une magnitude de 7.2 à 7.9.

Cette excursion permettra plusieurs vues panoramiques de la structure d’impact, du sillon périphérique, du soulèvement central et de la structure annuaire, et la visite d’affleurements spectaculaires de structures de choc incluant des cônes de percussion, des brèches d’impact et des zones de faille associées à l’impact. Nous examinerons également diverses évidences de la longue histoire de réactivation des failles dont certaines remontent à l’ouverture de l’océan Iapétus. Quelques arrêts sur la frange de sédiments Cambro-Ordovicien de la Plateforme du Saint-Laurent permettront de visualiser leur relation structurale avec la Ligne Logan. La région de Charlevoix est également sensible aux glissements de terrain; un arrêt mettra en évidence un glissement de terrain important découlant du séisme de 1663.

Nombre de participants (Min/Max) : à venir

Durée : 1 jour

Date : Pré-congrès

Session spéciale / cours intensif associés : à venir

Thème associé  : Géosystèmes et Hydrogéosystèmes

Commanditaire : GAC Planetary Science Division